Chronique: Où va l’école algérienne ?

Alger,  janvier 2015 –  Voulant être plus royalistes que le roi, les décideurs algériens ont brisé les étapes de transition entre un enseignement traditionnel (basé sur les anciennes méthodes) et un enseignement répondant aux exigences de la société moderne.

Opter pour une politique de prestige sans avoir les moyens de sa politique a été l’erreur fatale qui a précipité l’école algérienne dans une déroute dont les conséquences se sont répercutées sur l’état actuel de notre société.

On se souvient des années 1970, quand feu Houari Boumediene avait opté pour l’Ecole fondamentale. Un système éducatif importé, dont on avait fait une courte expérience sur quelques écoles pilotes (à Constantine et Alger), sans pour autant que ses résultats ne soient significatifs, ni représentatifs de la population parente.

En 1982, je me souviens du rejet d’un mémoire d’une étudiante de l’Université de Constantine parce qu’elle avait mis en cause l’idéologie qui sous-tendait ce système éducatif.

Cela dit, le suicide de l’école algérienne a été signé avec l’avènement de Boubeker Benbouzid à la tête du Ministère de l’Education nationale.

Un portefeuille qu’il a gardé depuis 1993, soient près de deux décennies, en dépit des échecs constatés par les premiers acteurs (inspecteurs et enseignants) alors que l’école passait par divers tâtonnements: de la pédagogie par objectifs, à la pédagogie de projets, à l’approche par compétences qui demeure encore à l’heure actuelle.

Ce même ministre, dont le seul mérite a été la déculturation des masses, s’était trahi en déclarant aux syndicalistes enseignants du CNAPEST et du CLA, lors de la grève des cinquante deux jours, que l’école algérienne avait fabriqué des terroristes.

Au lieu d’étudier les raisons profondes de cet échec caractérisé et d’une déperdition scolaire sans précédent, on s’était contenté du «tout va bien» classique. Les taux de réussite au bac atteignaient dès lors des records prestigieux, alors qu’en parallèle, le niveau chutait vertigineusement.

Preuve en est, le niveau lamentable du produit universitaire que même le président de la République n’a pas manqué de souligner au même titre que plusieurs responsables.

Et pourtant, en matière de budgets, le secteur de l’Education a été l’un des privilégiés par rapport aux autres. Rien qu’en 2012, le budget prévu pour ce secteur avoisinait les 600 millions de dollars. Et pour preuve: la construction ininterrompue d’infrastructures scolaires.

Actuellement, et en dépit des critiques réitérées de la presse et des acteurs du secteur, on assiste à un échec consommé.

Où va l’école algérienne? La question reste posée et ce n’est pas le plâtrage de façade qui va sauver ces milliers de victimes du système dont la plupart sont des chômeurs, et une fois de plus, une nouvelle charge pour l’Etat. La nouvelle ministre va-t-il poursuivre le programme Benbouzid ou faire preuve de réalisme? Là est la question.

4 Responses

Leave a Reply
  1. Prof Chitour
    Jan 23, 2015 - 05:18

    Si Abdedaim
    Il y a du vrai dans ce que vous dites ! Il y a beaucoup de choses à ajouter notamment une période bénie sous le ministère Lacheraf. Incriminer le seul ministre Benbouzid ,et oublier le précurseur de l’école « Faoudhamentale » Monsieur Kharroubi est injuste et incomplet.
    Il me semble que les causes sont plus profondes et pour être un peu plus complet il aurait fallu signaler qu’au sortir de la guerre, le système éducatif algérien était balbutiant. Les enseignants français étant partis , il a fallu avoir recours à la coopération notamment la plus problématique celles de nos frères du Moyen Orient qui , il faut bien le dire, ne nous ont pas envoyé comme enseigant ce qu’il y avait de mieux; Si on ajoute la coopération avec les pays de l’est, c’est au total 26 nations qui concouraient chacune à sa fa çon à formater l’imaginaire de nos enfants.
    Si on y ajoute l’idéologie perverse de l’arabisation vue comme une cause sacrée, nous avons tous les ingrédients de la fabrication des zombies…

    Cordialement

    Pr.C.E. Chitour

    Reply
    • René Naba
      René Naba
      Jan 24, 2015 - 11:26

      Bonjour Paul, Bonjour M. Chitour

      Je me réjouis de vos réactions sur le site madaniya.info, que j’ai l’honneur et la responsabilité d’animer en tant que responsable éditorial
      Avec mon meilleur souvenir à mon collègue et confère Paul

      René Naba

      Reply
    • Chérif AbdedaÏm
      Jan 24, 2015 - 11:57

      Mr Chitour
      D’accord avec vous pour ce complément, toutefois, n’oublions pas que malgré ces « balbutiements » du système éducatif algérien, ce dernier a enfanté des générations assez compétentes qui sont à l’heure actuelle aux commandes de postes sensibles.
      Par ailleurs, si nous fouillons un peu plus dans les profondeurs de la pédagogie, les programmes de l’époque étaient assez consistants pour impulser une formation de qualité aux élèves même si l’encadrement était (comme vous le dites) hétéroclite.
      Cela dit, j’ai eu l’occasion d’enseigner à l’époque de l’école fondamentale, et je viens de boucler 30 ans de carrière dans l’enseignement du français au lycée. Donc, si je parle de consistance des programmes, de fluidité, c’est en connaissance de cause.
      Bien cordialement, Chérif Abdedaïm

      Reply
  2. PAUL BALTA
    Jan 23, 2015 - 06:42

    JE SUIS HEUREUX D’AVOIR REÇU CE MESSAGE ET DES INFORMATIONS SUR L’ALGÉRIE.
    J’AI ÉTÉ CORRESPONDANT DU JOURNAL LE MONDE AU MAGHREB, DE LA LIBYE À LA MAURITANIE, BASÉ À ALGER, DE 1973 À 1978 !
    CORDIALEMENT
    PAUL BALTA

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© madaniya.info - Tous droits réservés.