Haytham Manna, Président de l’opposition démocratique laïque syrienne

Haytham Manna, Président de l’opposition démocratique laïque syrienne :

Un triple camouflet à l’opposition sous tutelle saoudienne, aux puissances régionales sunnites et à leurs parrains atlantistes.

L’élection de M. Haytham Manna à la présidence de la coalition des partis démocratiques de Syrie, samedi 11 décembre 2015, constitue tout à la fois un acte de reconnaissance de la part de ses compagnons de lutte à un opposant historique au pouvoir baasiste, en même temps qu’un geste de défi à l’égard des nouveaux tuteurs saoudiens du combat anti Assad, doublé d’une démonstration de force contre leurs parrains occidentaux, révélatrice de la détermination de la coalition démocratique à s’opposer à la dénaturation de leur combat par une opposition mercenaire à financement pétro-monarchique, à propulsion djihadiste salafiste.

Un triple camouflet

L’élection du chef de file de l’opposition démocratique laïque syrienne, réputé pour son indépendance, constitue un triple camouflet tant à l’Arabie saoudite, le nouveau parrain de l’opposition islamiste syrienne, qu’à ses parrains régionaux, les puissances sunnites, -la Turquie et les pétromonarchies du Golfe-, ainsi qu’à l’alliance atlantiste.

Signe patent de la parité, de la laïcité et de la mixité de ce groupement, -autant de valeurs niés par leurs rivaux pétro monarchiques-, Haytham Manna a été élu co-président en tandem avec une grande militante de l’intérieur, Ihmam Ahmad. Sa candidature, soutenue par l’Union Démocratique Kurde ainsi que par des mouvements arabes et assyriens, porte la marque indiscutable de l’œcuménisme de ce groupement.

Tenu dans le Nord de la Syrie, en contre point de la conférence de l’opposition pétro monarchique, réuni -hasard ou préméditation ?- le même jour dans la capitale saoudienne, le congrès des démocrates syriens regroupait tous les exclus de la sélection de Riyad, ainsi que les objecteurs de conscience, c’est à dire la sève vivante d’une future Syrie démocratique et pluraliste, présents sur le terrain de la lutte, sans support financier pétro monarchique, ni encadrement militaire atlantiste, ni force de frappe médiatique.

Fondateur du congrès de l’opposition démocratique du Caire (9 juin 2015) et du mouvement QAMH (Valeur, Citoyenneté et Droit) Haytham Manna avait boycotté le colloque de Riyad, en ce que le Royaume saoudien était juge et partie, faisant valoir que «l’Arabie saoudite, partie prenante au conflit, n’avait pas renoncé à l’option militaire pour le règlement du conflit de Syrie».

Soucieux de se démarquer des Frères Musulmans de Syrie, il a pointé leur responsabilité dans «la confessionnalisation du conflit et l’armement des contestataires», criminalisant le nouveau chef de la coalition de l’opposition laïque et démocratique pour avoir refusé le recours aux armes, refusant le suivisme mercenaire et l’ingérence étrangère.

Les autres arguments développés par M. Manna

  • A – Le fait que la délégation de l’opposition syrienne sélectionnée par l’Arabie saoudite pour mener les négociations avec le gouvernement de Damas comprend un groupe militaire mixte constitué de Syriens et de combattants étrangers proche de l’idéologie d’Al Qaida, avec laquelle il participe d’ailleurs à des opérations conjointes, alors que le Conseil de Sécurité de l’ONU réclame le retrait des combattants étrangers hors de Syrie, nonobstant, -circonstance aggravante- la participation de ce groupe militaire à des opérations conjointes avec les groupements qualifiés de terroristes.
  • B – Le fait aussi que des partis démocratiques syriens ainsi que l’UNION DEMOCRATIQUE SYRIENNE ont été exclus de la sélection en raison d’un veto américain, sans doute pour ne pas mécontenter la Turquie, alors que les Américains fournissent armes et expertises à ce dernier parti.

L’intégralité de l’argumentaire de Haytham Manna sur ce lien http://www.madaniya.info/2015/12/07/syrie-haytham-manna-a-propos-de-la-conference-de-riyad/

Les pays Occidentaux: des pompiers pyromanes

Pompiers pyromanes, les Occidentaux ont confié au Royaume saoudien le soin de choisir la délégation conjointe de l’opposition syrienne chargée de négocier un règlement politique avec leur bête noire commune le président syrien Bachar Al Assad.

En un percutant effet de boomerang, la dynastie wahhabite, le parrain absolu du djihadisme salafiste erratique, a vécu cette mission comme la confirmation de son primat diplomatique régional dans le conflit de Syrie, éliminant les contestataires de son hégémonie: les partis démocratiques et les partis kurdes de Syrie, ainsi que les groupements représentant les minorités ethniques et religieuses de la mosaïque humaine syrienne, plaçant leurs alliés occidentaux devant le fait accompli, les renvoyant à leurs propres turpitudes.

Ahrar Al Sham, dont le commandement avait été décapité l’été 2014 dans une ténébreuse affaire, sur fond de rivalités entre la Turquie et Da’ech, le nouveau et plus virulent contestataire de l’ordre régional, émerge comme le grand vainqueur des conciliabules de Riyad. En tandem avec les Frères Musulmans, pourtant criminalisés par le Royaume et inscrit sur la liste des organisations terroristes, mais néanmoins promu partenaire clandestin de la dynastie wahhabite dans la désastreuse équipée du Yémen.

Face à Haytham Manna, le dilemme de la France.

M. Manna a été élu et non imposé comme ce fut le cas pour la coalition monochrome saoudienne à soubassement djihadiste.

Exilé en France depuis 37 ans, porteur de la nationalité française, Haytham Manna est l’auteur d’un ouvrage documenté sur le «Califat de Da’ech», un connaisseur en somme et non un verbeux courant le cachet des écrans. Titulaire d’un diplôme sur la médecine psychosomatique de l’Université de Montpellier, ce praticien a exercé au sein de l’équipe médicale du professeur Philippe Castaigne au Laboratoire du Sommeil (Département de neurophysiologie) du groupe hospitalier Pitié Salpêtrière à Paris.

Président de l’Institut Scandinave des Droits de l’Homme (SIHR), il siège en outre au comité directeur de Justicia Universalis et de l’Institut égyptien des études des droits de l’homme; titulaire de surcroît de plusieurs distinctions honorifiques dans le domaine des droits de l’homme: Medal of Human Rights-National Academy of Sciences-Washington (1996), Human Rights Watch (1992).

Il demeure, paradoxalement, malgré sa probité et sa popularité, frappé d’ostracisme de la part du pouvoir français dans ses deux composantes sarko-hollandaises, indice du dévoiement moral de la France.

Tant le philo sioniste atlantiste Nicolas Sarkozy que le socialo motoriste François Hollande lui ont préféré, -pour présider la coalition de l’opposition syrienne aux premières lueurs du soulèvement syrien-, une personnalité sans relief, Bourhane Ghalioune, un bi-national franco-syrien salarié de l’administration française, ainsi que l’oracle des médias français Basma Kodmani, astre déchue du cosmopolitisme des élites mondialisées, frappée désormais d’un phénomène d’hystérisis.

La France, le plus tonitruant protagoniste du conflit de Syrie du camp occidental, a été néanmoins présente à Riyad. Dans l’ordre de la figuration. Précisément en la personne de Basma Kodmani, mandatée pour cette mission mais arrivée sur les lieux au lendemain de la conférence, juste à temps pour figurer sur la photo finale en une mauvaise réédition de la prosternation des «Bourgeois de Calais» dans sa version contemporaine.

Une présence ultra modeste que celle de l’ancienne salariée de la Ford Foundation et de l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI), -le fortin atlantiste de la pensée stratégique française- qui sera amplifiée au niveau médiatique par les habituels relais de la bureaucratie française, les islamophilistes, ces nouveaux tontons flingueurs-flagorneurs de la médiocratie française.

L’ ahurissant éditorial de Jamal Kahsoogi dans Al Hayat du Samedi 11 décembre

L’élection de M. Manna est un camouflet d’autant plus cinglant pour l’Arabie saoudite qu’elle a coïncidé avec la parution le jour même d’un éditorial ahurissant d’un médiacrate très en cours auprès de la dynastie wahhabite, M. Jamal Kashoggi, qui se réjouissait samedi 11 décembre de «l’absence de Haytham Manna aux conciliabules de Riyad, lequel, selon le scribe saoudien, aurait eu le mauvais goût de «soulever des questions gênantes, telles le droit des femmes et le droit des minorités».

Sur ce lien pour les locuteurs arabophones, l’éditorial de Jamal Khashoggi : http://bit.ly/1lVG5kU

Ah l’horrible agenda cauchemardesque que les obscurantistes protégés de l’Occident auraient eu à débattre et dont ils ont été dispensés par l’absence de M. Haytham, comme si à l’ère de la «société du spectacle» et du «village planétaire» de tels sujets décisifs pour l’avenir de la Syrie et du Monde arabe pouvaient être occultés.

Paru dans le journal Al Hayat, le texte porte la signature du directeur de la chaîne trans-frontière «Al Arab», par ailleurs talent scout du holding médiatique du prince Walid Ben Talal, et, surtout, dernier et non le moindre, un proche du prince Turki Ben Faysal, l’ancien officier traitant d’Oussama Ben Laden dans la guerre djihadiste anti soviétique d’Afghanistan (1980-1989).

Ancien chef des services de renseignement saoudiens, frère du prince Saoud Al Faysal, ancien ministre des Affaires étrangères, Turki prône la normalisation avec l’Etat Hébreu pour contre balancer le péril chiite, au mépris de la négation israélienne des Droits Nationaux du Peuple Palestinien.

La boucle est ainsi bouclée. L’éditorial de Jamal Kashoggi signe la mainmise saoudienne sur l’opposition hétéroclite syrienne dans sa version la plus rigoriste, dans la fidélité à l’esprit du djihad afghan.

Communiqué bourré de fautes d’orthographes et de fautes de syntaxe, un langage d’une pauvreté désolante, téléphones coupés, portables confisqués dans la digne tradition des conclaves du Vatican, sauf que, pour filer la métaphore religieuse, le pèlerinage de Riyad s’est davantage apparenté à un voyage à Canossa.

A n’en pas douter « Jabhat an Nosra fait du bon travail en Syrie » …. au niveau de la gangrène des esprits.

Haytham Manna président constitue un message clair au Monde du refus d’une large fraction de la population syrienne de transformer leur pays en «République bananière», d’une société monochrome aseptisée, anesthésiée et tétanisée par une application ultra rigoriste de la Charia; le refus, enfin, du ralliement à la bannière de la puissance mandataire, -le choix aberrant de l’opposition commanditée par les pétro monarchies de prendre pour emblème le drapeau syrien du temps du mandat français-, signe indiscutable d’une servilité absolue, en guise de symbole de la renaissance d’un pays, libre et souverain. On aurait rêvé meilleur choix pour la dignité des Syriens et de la Syrie, ultime récalcitrant à une reddition généralisée arabe à l’imperium israélo-américain.

«La destruction programmée du pays, l’attaque menée sans discernement contre l’institution militaire de la part des groupement extrémistes ont incontestablement servi les intérêts d’Israël, de même que le projet de détruire les armées arabes d’Irak, de Syrie, d’Égypte et de Libye est un projet israélien par excellence. Les groupes extrémistes ont mené cette mission par procuration. En contrepoint, souligne-t-il, il est «évident que la dictature ne saurait libérer le pays en ce qu’elle a refusé de traiter l’homme en tant que citoyen», a-t-il observé.

Le nouveau président ambitionne de «doter la société syrienne d’un projet de sensibilisation culturel et civilisationnel en guise de riposte au niveau intellectuel consécutif à la défaite des idéologies et à la forte attractivité exercée par la sauvagerie dans les rangs de la jeunesse», a t-il précisé dans une déclaration préalable à son élection.

M. Haytham Manna «s’engage par fidélité à la mémoire de ceux qui ont sacrifié leur vie pour l’édification d’un état démocratique et civil, en vue de mener le combat pour l’édification d’un pays libre qui assume la pleine protection de ses citoyens, défendre les valeurs humaines; d’approfondir une meilleure connaissance des cultures tant arabes que musulmanes qu’universelles, ancrer la légalité internationale des droits de l’homme dans les cœurs et les esprits, de jeter un pont à tous les hommes libres d’Orient et de l’Occident en vue d’édifier une humanité plus juste, une société civile démocratique, créer enfin un réseau de relations internationales dégagé de toute emprise, domination ou exploitation.

«La Syrie a perdu 350 milliards de dollars du fait du conflit; une somme qui excède les capacités de l’Allemagne et du Royaume Uni. S’impose alors comme unique solution, l’option politique avec une caution internationale, une garantie et des obligations régionales et internationales», avait il coutume de dire.

A Riyad, comme à Doha, la rationalité est absente, de même qu’en France pourtant pays de la rationalité cartésienne. Pour le malheur de la Syrie, des autres pays arabes et de la France.

Haytham Manna, président de l’opposition démocratique syrienne, est le couronnement d’un parcours exemplaire, du respect de la volonté du peuple syrien et de sa diversité, du refus de la vassalisation de la Syrie, dont il aura payé un lourd tribut familial (un frère tué sous la torture, un cousin assassiné).

Un brutal rappel à l’ordre du refus de la Syrie de devenir une «République bananière». Un coup de tonnerre dans le sommeil dogmatique de la plus hideuse et la plus criminelle coalition de la polémologie contemporaine.

5 Responses

Leave a Reply
  1. chb
    Déc 21, 2015 - 10:46

    Sous les auspices du sexagénère mouvement non-aligné, « créer enfin un réseau de relations internationales dégagé de toute emprise, domination ou exploitation » est très approprié !
    La prestation de H. Manna est courageuse, et bienvenue. Il fait exister une vraie opposition (en Syrie : chapeau!), et ainsi dénonce – en attendant de les tempérer – les ardeurs séoudiennes et interventionnistes étrangères : l’initiative mérite un écho médiatique, que la presse alignée n’offrira pas aisément.
    Pourtant, je crains qu’il ne prenne un peu ses désirs pour des réalités quand il indique (dans une itw donnée à l’Humanité) que « le régime est mort » : on entend ça quasiment depuis la première « manif pacifique », à la télé où cette méthode Coué a contribué à justifier tant d’actes de la coalition contraires aux règles internationales de base, selon un processus criminel qui n’a que trop fonctionné ailleurs dans les ex-colonies ! Sans oublier que l’activisme anti-russe de la Turquie d’Erdogan, pour le compte et avec l’aide de l’OTAN, conduit un peu plus les relations internationales au bord d’une 3° guerre mondiale.
    Or Poutine (le très vilain et très fourbe of course) a l’air de lui octroyer un peu d’acharnement thérapeutique, à ce « régime mort »-là. Bien que les projets de négociations ailleurs qu’à Moscou l’ignorent, il existe encore. Admettant que le gouvernement Assad meure en vrai, que deviendront ses suppôts résiduels, avec la solution politique que prévoit Manna ? Enfin, je dis résiduels, mais ça risque de faire un paquet, vu les 85 % qui ont voté al Assad la dernière fois. Quant aux terros jihadistes et autres mercenaires « musulmans », bien du plaisir pour les mettre sur la touche : la Résolution 2254 ne mentionne même pas l’interruption de leur financement…
    Que la Syrie dévastée retrouve vite la paix, sur la voie tracée par le Communiqué de Genève de 2012 ou autrement, c’est ce qu’on peut lui souhaiter en cette fin d’année.
    « [l]’effet naturel du commerce est de porter à la paix. Deux nations qui négocient ensemble se rendent réciproquement dépendantes : si l’une a intérêt d’acheter, l’autre a intérêt de vendre ; et toutes les unions sont fondées sur des besoins mutuels. » Cette solution, bien qu’imparfaite, est nettement préférable au pillage brutal de nations entières à travers la « stratégie du choc », comme on a pu l’observer en Irak ou en Libye.  (Maxime Chaix et Montesquieu)

    Reply
  2. ERD
    Déc 22, 2015 - 03:32

    Cher René
    Voilà une excellente nouvelle
    Bravo pour ton papier
    Good Luck

    ERD

    Reply

Trackbacks/Pingbacks

  1. Erdogan redoute la notion de «nation démocratique» - Madaniya
  2. Syrie-opposition: Un détachement de l'Armée Syrienne Libre (ASL) se rallie aux forces du Conseil Démocratique de Syrie - Madaniya
  3. Profil bas de la France à Genève aux pourparlers préparatoires de la Conférence sur la Syrie - Madaniya

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© madaniya.info - Tous droits réservés.