L’Egypte, un géant sans tête

L’Egypte, un géant sans tête

L’Egypte, un géant sans tête 938 440 La Rédaction

L’Egypte, un géant sans tête (Oumlak Bila Rass).

Un géant décapité ; Sous Sissi, un sujet passif des relations internationales

Par Mamdouh Habashi

Intervention de Mamdouh Habashi au colloque «L’avenir de la démocratie à l’Est de la Méditerranée» organisé à l’Institut Scandinave des Droits de L’Homme (SIHR) Genève 21-23 Septembre 2018.
Figure de proue de l’opposition démocratique égyptienne, Mamdouh Habashi est le disciple et le successeur de Samir Amine, le théoricien de l’alter-mondialisme. Chargé des Relations Internationales au sein du «Socialist Popular Alliance Party» d’Egypte, Mamdoud Habashi est également Vice Président du «World Forum For Alternatives» (WFA) et membre du Conseil d’administration de «the Arab and African Research Center» (AARC)
Adaptation en version française René Naba, directeur de www.madaniya.info et membre du groupe consultatif de SIHR (Institut Scandinave des Droits de l’Homme).

La cession de Tiran et Sanafir à l’Arabie saoudite, point de départ de la mise en oeuvre de la «transaction du siècle» sur la question palestinienne.

La cession par l’Egypte de Tiran et de Sanafir à l’Arabie saoudite a constitué le point de départ de la mise en œuvre de la «Transaction du siècle» visant à un règlement au rabais de la question palestinienne.
Les deux îlots de Tiran et de Sanafir, situés à l’entrée du Golfe d’Akaba, relèvent des eaux territoriales égyptiennes. Le transfert de leur souveraineté à l’Arabie saoudite modifierait le régime juridique de la voie d’eau pour en faire «une voie d’eau internationale», conférant une totale liberté de navigation à Israël tant pour sa marine marchande que pour sa marine de guerre, à l’arrière plan d’une militarisation croissante de la Mer Rouge avec l’installation d’une base israélienne en Érythrée.
La mise sur pied, début 2019, d’un «Otan arabe » constitué des pays arabes sunnites –les pétromonarchies du golfe (Arabie saoudite, Bahrein, Emirats Arabes Unis, Koweït, Qatar) en sus de la Jordanie, de l’Egypte, sous l’égide des Etats Unis, pour faire face à l’Iran et à la contestation régionale-, relève de ce même dessein tout comme le projet prêté par le président Abdel Fattah Sissi de relancer les négociations israélo-palestiniennes à Charm El Cheikh, début 2019, sous réserve d’une légère modification des propositions américaines, participe de cette même démarche. Toutefois, l’équarrissage du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien d’Istanbul, le 4 octobre 2018, et le scandale planétaire qui s’est ensuivi ont quelque peu contrarié ce projet.

https://www.madaniya.info/2018/12/14/etats-unis-monde-arabe-la-transaction-du-siecle-une-ritournelle-de-la-diplomatie-americaine-a-l-egard-des-arabes/

Tiran et Sanafir sont la propriété de l’Egypte depuis l’antiquité. La juridiction suprême égyptienne, saisie du dossier, a confirmé ce fait sur la base de trente documents authentifiant la propriété égyptienne sur ces deux îlots et présentés par les plaignants. Paradoxalement, le parquet n’a soumis aucun document contestant cette thèse, voire l’invalidant. Mais, étrangement, à l’énoncé du verdict défavorable au gouvernement, le pouvoir, dans un acte relevant du pur arbitraire, démettra de ses fonctions le président de la haute juridiction et invalidera la décision.

L’Egypte, un géant sans tête (Ou’mlak Bila Ras); Sous Sissi, un sujet passif des Relations internationales.

L’Egypte est un géant sans tête. (O’umlak Bila R’as). Un géant décapité . L’éclipse de l’Egypte durant la séquence Sadate (1970-1981), consécutive à la signature du traité de paix égypto-israélien, a entrainé un affaissement du Monde arabe. Il ne saurait y avoir de redressement possible du Monde arabe sans un rôle pionnier de l’Egypte.

Sous la mandature du Maréchal Abdel Fattah Al Sissi, l’Egypte n’est pas un sujet actif, mais un sujet passif des Relations Internationales (Layssa fah’ilan bal mafh’oul), une diplomatie marquée par son suivisme à l’égard des pétromonarchies du Golfe, sous la supervision américaine, sans la moindre influence sur les grands conflits régionaux, ni le Yémen, ni la Syrie.
Les conditions du «suivisme» ont été mises en place par Anouar El Sadate, lequel, en répudiant l’alliance stratégique avec l’Union soviétique et en signant son traité de paix avec Israël (1979), s’est placé sous la coupe des Américains et des Israéliens. Le suivisme s’est poursuivi sous Hosni Moubarak, qui s’est place sous la dépendance israélienne pour favoriser la promotion de son fils Gamal comme son successeur à la tête de l’Etat égyptien.

Mais le suivisme a ses limites. Malgré un don de 30 milliards de dollars octroyé à l’Egypte par le tandem Arabie saoudite-Emirats Arabes Unis, le Maréchal Sissi n’a pu s’engager dans la nouvelle guerre du Yémen en soutien à l’agression pétromonarchique contre le plus pauvre pays arabe, en raison de la forte charge symbolique que représente ce pays pour l’Egypte, libéré du régime obscurantiste de l’Imamat par l’intervention de Gamal Abdel Nasser, dans la décennie 1960, qui y instaura la République.

Egypte, perspectives d’un scénario à la Grèce en pire, avec à la clé la vente du Canal de Suez

Au classement Transparency International, l’Egypte figure à la 188 ème position, c’est dire le degré de corruption qui gangrène le pays.

L’Egypte s’endette quotidiennement de 10 milliards de livres égyptiennes, soit environ 580 millions de dollars par jour, 17, 4 milliards de dollars par mois (un dollar = 17, 3 LE) et la charge de la dette égyptienne est estimée à 113% du PNB. Le Fonds Monétaire International fait pression sur l’Egypte pour la contraindre à décider la flottaison de la Livre Egyptienne. En 2009, 49 pour cent des Egyptiens vivaient sous le seuil de la pauvreté. En 2018, la situation a empiré au point que la pauvreté est devenue la caractéristique généralisée du peuple égyptien.

Anouar Al Sadate s’est heurté à une vive résistance lorsqu’il a préconisé «Al Infitah», l’ouverture vers le libéralisme économique et les lois du marché capitaliste, en ce que le peuple égyptien réclamait en priorité «Al Infitah Al Dimoucraty», l’ouverture démocratique, la reconnaissance des libertés politiques et individuelles, ainsi que le maintien d’une économie de soutien aux prix des produits de première nécessité.

L’Egypte s’achemine vers un scénario à la Grèce en pire. L’échéance de désendettement va contraindre l’Egypte à vendre le Canal de Suez, symbole de la souveraineté égyptienne.

Cette précarité économique a conduit le Maréchal Sissi à pratiquer une politique de «suivisme» vis à à vis des pétromonarchies, en préservant un rôle privilégié à l’armée. Ainsi le Maréchal a directement affecté une subvention de 30 milliards de dollars, don du Royaume saoudien et de l’émirat d’Abou Dhabi, au budget des forces armées égyptiennes, sans le moindre contrôle et sans engager non plus l’armée dans une nouvelle guerre du Yémen. Le fait du prince.

L’armée chouchou du régime et son pilier

Chouchou du régime et son pilier, l’armée a été dotée d’équipements ultra sophistiqués- deux portes hélicoptères le «Gamal Abdel Nasser» et le «Anouar Al Sadate», précédemment destinés à la Russie, acquis auprès de la France pour cause d’embargo sur la Russie à la suite de son annexion de la Crimée, ainsi que 24 chasseurs bombardiers «Rafale»-.

Elle s’est vu confiée en outre les grands chantiers du pays: Elargissement du Canal de Suez, Edification de la nouvelle capitale égyptienne, à 60 km du Caire, dotée d’un mur de protection, symbole de l’isolement du pouvoir.
Les deux autres projets à dimension pharaonique sont le percement de près de 6.000 km d’autoroute ainsi que l’édification d’une grande cité militaire, la plus grande du proche Orient et d’Afrique. Portant le nom du général Mohamad Néguib du nom du chef du «groupe des officiers libres» qui renversa la monarchie, par la suite premier président de la République post monarchique, la base est située dans la ville d’El-Hammam (gouvernorat de Marsa-Matruh), sur la côte de la Méditerranée, avec pour objectif la défense d’Alexandrie. Sa capacité d’accueil est de 20.000 soldats. Le tout en toute opacité.

De surcroît, l’Armée dispose du monopole des médias, dont elle a racheté la totalité des grands vecteurs d’information (TV, Radio, presse écrite). Dans ce contexte, les élections égyptiennes sont devenues synonymes de tricherie et de corruption. L’argument majeur avancé par le pouvoir pour justifier son autoritarisme est le fait que le Maréchal Sissi a épargné à l’Egypte le sort de la Libye, de la Syrie et de l’Irak.

(NDLR: Emmanuel Macron a effectué du 27 au 29 janvier 2019 sa première visite officielle au Caire depuis l’élection présidentielle, un déplacement dénoncé par huit organisations non gouvernementales (ONG) -dont Amnesty international ou encore Human Rights Watch (HRW)- qui ont appelé les autorités françaises à infléchir la politique de la France envers l’Egypte. A «cesser de passer sous silence le bilan catastrophique de l’Egypte en termes de droits humains, pour préserver ses intérêts stratégiques, économiques et militaires». Les défenseurs des droits humains attendent une inflexion de la politique française , notamment dans le domaine des exportations d’armes de la France vers l’Egypte. La France espère fortement que le président égyptien, le Maréchal Abdel Fattah Al Sissi, confirmera à cette occasion, une option d’achat portant sur douze Rafale. La commande de deux corvettes Gowind à Naval Group est également en discussions avancées. (Fin de la note)

Le soulèvement populaire du 25 janvier 2011 a fait l’objet d’une récupération par l’armée et les Frères Musulmans

Le soulèvement populaire de Janvier 2011 qui a provoqué la chute de Hosni Moubarak a fait l’objet d’une récupération par l’Armée et des Frères Musulmans. Une captation d’héritage en somme.

Alors que les manifestants tombaient sous les balles de la police, le Conseil Supérieur des Forces Armées Egyptiennes (CSFAE) qui a assuré l’intérim du pouvoir après le dégagement d’Hosni Moubarak et les Frères Musulmans négociaient la transition du pouvoir post Moubarak, sous le regard attentif des Etats Unis. La police et les forces de sécurité égyptiennes avaient reçu une formation spéciale des Etats Unis pour la répression des manifestations. Mais visiblement, cette formation n’a pas été suffisante pour mater le soulèvement.

Arrangement Armée FM pour une alternance au pouvoir, à l’arrière plan de contacts réguliers entre les FM et les Etats Unis.

Il convient de savoir à ce propos que la confrérie n’a jamais cessé ses contacts avec les Etats Unis depuis son retour en force en Egypte sous la mandature du président Anouar El Sadate (1970-1981) au point que Hosni Moubarak se plaignait régulièrement auprès de Washington de ces contacts.
Lors du soulèvement populaire égyptien qui a sapé les fondements du pouvoir d’Hosni Moubarak, les contacts étaient réguliers entre Khairat Al Shater, le dirigeant occulte des Frères Musulmans égyptiens et l’ambassade américaine au Caire. Des réunions hebdomadaires de 3 heures.

Les négociations pour la sortie de crise se sont déroulées en l’absence de toute représentation populaire, alors que la population était à l’origine du soulèvement en ce que le régime Moubarak a veillé à marginaliser le rôle des partis politiques au profit des ONG (Organisations Non Gouvernementales), financées par l’es pays occidentaux, notamment les Etats Unis. Or, curieusement, dès la fin du soulèvement populaire, les ONG ont disparu de la scène publique laissant place à un vide.

L’armée, de son côté, ne disposait pas d’un parti politique pour servir de relais auprès de la population, alors que les Frères Musulmans disposaient d’une solide implantation populaire. D’où le recours de l’armée à la Confrérie. L’arrangement conclu entre eux prévoyait un partage du pouvoir avec en perspective l’arrivée de Mohamad Morsi au pouvoir dans le cadre d’une alternance.

Nasser, animé d’une conception étatique dans l’exercice de son pouvoir, s’appuyait sur l’appareil d’état pour engager l’Egypte dans son projet de modernisation du pays et de sensibilisation de la population à sa politique. Il refusait de se doter d’une structure qui fasse office de relais auprès de la population. L’absence d’une structure indépendante nassérienne a permis à Sadate de s’emparer des leviers du pouvoir, par simple succession naturelle, en sa qualité de vice président de Nasser.

Les deux fautes stratégiques de Mohamad Morsi à l’origine de son éviction:
  • Le «djihad en Syrie»
  • La clause de la nouvelle constitution post Moubarak conférant une «immunité au président pour toutes ses décisions passées et futures».

La faute stratégique de Mohamad Morsi, à l’origine de l’abrogation de son madant, aura été d’avoir «décrété le djihad en Syrie». Une décision prise par 500 oulémas réunis au Caire. Convoqué par Mohamad Morsi, ce congrès s’était tenu le 15 juillet 2013 avec la participation des représentants de 70 associations islamistes des pétromonarchies du Golfe (Qatar, Arabie Saoudite, Koweït, Bahreïn) ainsi que des courants islamistes d’Égypte, du Yémen et de la Tunisie.

Cette décision a été très mal perçue par la hiérarchie militaire égyptienne en raison de la fraternité d’armes qui liait les armées égyptiennes et syriennes dans les quatre batailles qu’ils ont livré contre Israël, en 1948, en 1956 (expédition de Suez), 1967 et 1973, (destruction de ligne Bar Lev sur le Canal de Suez et récupération d’une portion du Golan par la Syrie).

La 2 ème faute: l’octroi au président d’une «IMMUNITE POUR TOUTES LES DECISIONS PASSEES ET FUTURES»; une disposition sans pareille dans le monde, qui fera de Mohamad Morsi, un PHARAON plus puissant que le plus puissant des Pharaons.

Les «fautes stratégiques» des Frères Musulmans, de leur propre point de vue.

De leur propre aveu, les Frères Musulmans ont commis les «fautes stratégiques» suivantes:

  • Avoir bénéficié du soutien des Etats Unis et d’Israël, les meilleurs alliés d’Hosni Moubarak avant sa chute.
  • Négliger complètement la force de la revendication populaire.
  • Négliger la pesanteur des partisans de l’ancien président Hosni Moubarak encore aux postes de commande dans la haute administration et les gouvernorats. L’infiltration des FM de l’appareil d’état se fera à l’accession de Mohamad Morsi à la présidence de la république, mais l’armée ne lui laissera pas le temps de s’en accaparer, ni de s’incruster.
  • Négliger les SALAFISTES, dont les Services de Renseignements sous Moubarak s’en servaient comme contre pouvoir au FM. Le conflit FM-Salafiste est plus violent que le conflit qui opposait les FM à Moubarak.
    A cela s’est greffé l’autoritarisme de Mohmad Morsi. Moubarak a gouverné sous le régime de l’Etat d’urgence dès son accession au pouvoir, pendant trente ans (1981-2011).
L’autoritarisme de Mohamad Morsi

Erreur fatale, Mohamad Morsi a commencé sa présidence par une fanfaronnade qui a abrégé son mandat. A peine élu, le premier président néo islamiste de l’Egypte a fait une déclaration d’une arrogance démesurée: «Nous sommes au pouvoir et nous le demeurerons pendant cinq siècles.

Joignant le geste à la parole, il a, d’un trait de plume, relevé de leurs fonctions la totalité des directeurs des publications égyptiennes pour leur substituer des hommes à sa dévotion. De même, il a ordonné la suppression de tous les programmers scolaires en vigueur sous Moubarak et leur substitution de nouveaux programmes, plus conformes à l’idéologie des FM.

Pis, lors de la proclamation de la nouvelle constitution Morsi prévoyait une «IMMUNITE POUR TOUTES LES DECISIONS PASSEES ET FUTURES» du président; une disposition sans pareille dans le monde, qui fera de Mohamad Morsi, un PHARAON plus puissant que le plus puissant des Pharaons.

Mal perçu par le peuple égyptien frustré de sa révolution, le triomphalisme et l’autoritarisme de Mohamad Morsi vont alimenter un mécontentement et relancer une nouvelle mobilisation populaire.

Le Front de sauvegarde et le dégagement de Mohamad Morsi

La constitution d’un «Front de sauvegarde», une alliance objective des forces de gauche contre la mise en place d’un appareil d’état islamiste, a sonné la mobilisation anti Morsi. Quoique minoritaire, la gauche égyptienne a joué un rôle actif dans le renversement du cours des choses.
Si les manifestations du 30 Janvier 2011 ont mobilisé des millions de personnes dans les grandes villes égyptiennes (Le Caire, Alexandrie), les manifestations du 30 juillet 2013 ont mobilisé près de 30 millions de personnes, non seulement dans les grandes villes, mais aussi dans les villes petites ou moyennes, les bourgades, les villages sur l’ensemble du territoire égyptien.

Au terme de cette journée de manifestations, le 30 juillet 2013, les plus importantes jamais connues en Egypte, l’armée procédait à l’arrestation de Mohamad Morsi et à son incarcération.

Relation Egypte-Israël

Depuis Anouar Al Sadate, toutes les tentatives de blanchir l’image d’Israël aux yeux de l’opinion égyptienne ont été vaines. L’hostilité de la population est permanente, sourde, inépuisable. L’ambassade d’Israël au Caire est située au 9eme étage d’un immeuble surplombant une rue longeant les rives du Nil de sorte qu’aucun piéton ne se rend compte de son existence à son passage devant l’édifice.

Au niveau populaire, la grande majorité de la population égyptienne ignore ce que signifie le terme «chiite» et pour 27 pour cent de la population un sunnite signifie un «barbu». De même, il n’existe pas au sein de la population la moindre perception d’une hostilité de l’Iran à l’égard de l’Egypte.

La haine et le confessionnalisme ont enterré le projet démocratique dans la zone pour déboucher sur ce mot d’ordre «Give war a chance»

Annexe

Moubarak, Morsi, Sissi …lequel est le pire ??

Pour aller plus loin sur ce thème

Audition des membres du département d’Etat devant le congrès américain à propos de l’Egypte……..notamment d’Elliot Abrams, secrétaire d’état adjoint pour le Moyen Orient. Déposition en langue anglaise avec sous titrage en arabe
https://www.youtube.com/watch?v=VrJ6a142kq8
Le rêve fracassé du califat
https://www.renenaba.com/egypte-le-reve-fracasse-du-califat/
L’Egypte ou la pyramide renversée
https://www.renenaba.com/legypte-ou-la-pyramide-renversee/
Le syndrome égyptien
https://www.renenaba.com/le-syndrome-egyptien/
L’univers paranoïaque du Maréchal Sissi par David Hearst
https://www.middleeasteye.net/fr/opinions/l-univers-parano-aque-d-abdel-fattah-al-sissi-632967540

Illustration

Mamdouh Habashi, figure de proue de l’opposition démocratique égyptienne, successeur de Samir Amine, théoricien de l’alter-mondialisme.

La Rédaction

Madaniya - Civique et citoyen. Madaniya s'honore de la responsabilité d'abriter au sein de sa rédaction des opposants démocratiques en exil en provenance des pays du golfe, dont la contribution se fera, pour des raisons de sécurité, sous le sceau de l'anonymat, par le biais de pseudonyme.

Tous les articles de La Rédaction
2 commentaires

Options

Lorsque vous visitez notre site Web, celui-ci peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il est à noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience de navigation sur notre site Web et sur les services que nous pouvons offrir.

Click to enable/disable Google Analytics tracking code.
Notre site Web utilise des cookies, principalement des services de tiers. Définissez vos préférences de confidentialité et / ou acceptez notre utilisation des cookies.