L’ECO, une victoire posthume pour le libyen Mouammar Kadhafi

L’ECO, une victoire posthume pour le libyen Mouammar Kadhafi

L’ECO, une victoire posthume pour le libyen Mouammar Kadhafi 1920 1080 René Naba

Soixante-dix ans après l’indépendance de l’Afrique, quinze pays d’Afrique de l’Ouest sont convenus de l’instauration d’une monnaie commune dès 2020, en remplacement du Francs CFA pour la moitié d’entre eux.

L’ECO, la nouvelle monnaie remplacerait les huit monnaies en cours dans la région. Elle apparaît comme une victoire posthume pour le colonel Mouammar Kadhafi, guide la Révolution libyenne, qui préconisait une monnaie unique à l’Afrique, comme terme ultime du processus de décolonisation.

Avec la multiplication des opérations de troc entre la Russie et les pays du Moyen orient, le lancement de la bourse Shanghai pour le règlement en yuan des transactions pétrolières, la suprématie absolue du dollar comme instrument de référence des échanges internationaux pourrait être compromise à terme

La décision a été prise par les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le 28 juin à Abidjan. Cette monnaie était à l’ étude depuis une trentaine d’années.

Le nom de la future monnaie, l’éco, a été préféré à afri et kola. La Cédéao a opté pour un «régime de change flexible» par rapport aux monnaies internationales, ce qui signifie que le taux de change évoluerait au gré des marchés, comme l’euro ou le dollar.

Le Nigéria exige un «plan de divorce» avec le Franc CFA

Pour huit des 15 pays concernés, l’ECO remplacerait le Franc CFA. Cette monnaie, créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, est indexée à l’euro et garantie par le Trésor français. Ce vestige de la colonisation est décrié par certains, mais garantie une stabilité de la monnaie. Le Nigeria, pays leader de la Cédéao, exige un « plan de divorce » avec la France, où reste déposés la moitié des réserves de change (avoirs en monnaie étrangère ou en or) de ces pays.

Le franc CFA ou le nazisme monétaire de la France à l’encontre de ses anciennes colonies d’Afrique occidentale

Interview René Naba à propos du Franc CFA

Lors de la manifestation contre le Franc CFA devant le siège de la Banque de France à Marseille Samedi 23 Février 2019

Pour aller plus loin sur ce thème

Le Franc CFA, une imposture financière

René Naba

Journaliste-écrivain, ancien responsable du Monde arabo musulman au service diplomatique de l'AFP, puis conseiller du directeur général de RMC Moyen-Orient, responsable de l'information, membre du groupe consultatif de l'Institut Scandinave des Droits de l'Homme et de l'Association d'amitié euro-arabe. Auteur de "L'Arabie saoudite, un royaume des ténèbres" (Golias), "Du Bougnoule au sauvageon, voyage dans l'imaginaire français" (Harmattan), "Hariri, de père en fils, hommes d'affaires, premiers ministres (Harmattan), "Les révolutions arabes et la malédiction de Camp David" (Bachari), "Média et Démocratie, la captation de l'imaginaire un enjeu du XXIme siècle (Golias). Depuis 2013, il est membre du groupe consultatif de l'Institut Scandinave des Droits de l'Homme (SIHR), dont le siège est à Genève et de l'Association d'amitié euro-arabe. Depuis 2014, il est consultant à l'Institut International pour la Paix, la Justice et les Droits de l'Homme (IIPJDH) dont le siège est à Genève. Editorialiste Radio Galère 88.4 FM Marseille Emissions Harragas, tous les jeudis 16-16H30, émission briseuse de tabous. Depuis le 1er septembre 2014, il est Directeur du site Madaniya.

Tous les articles de René Naba
Un commentaire
  • C’est bien mais ça lui fait une belle jambe à Khadaffi, si je puis me permettre cette formule triviale. Des Africains m’ont dit à quel point ils avaient honte de n’avoir rien fait pour lui et de l’avoir laissé massacrer. Après tout ce qu’il avait fait et avait l’intention de faire pour l’Afrique . Cela augure aussi d’autre chose, un plus grand danger menace maintenant ces pays qui ont conclu cet accord : il est évident que l’ancienne puissance tutélaire ne laissera jamais « passer » cette initiative. Attendons-nous à de plus grandes tentatives encore de déstabilisation du continent, en tout cas de ces pays signataires, à des « révélations » d' »ONG » sur des biens mal acquis histoire de mettre la main sur le magot tant qu’il est en France. Courage l’Afrique !

Options

Lorsque vous visitez notre site Web, celui-ci peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il est à noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience de navigation sur notre site Web et sur les services que nous pouvons offrir.

Click to enable/disable Google Analytics tracking code.
Notre site Web utilise des cookies pour réaliser des statistiques d'audience anonymisées. Définissez vos préférences de confidentialité et / ou acceptez notre utilisation des cookies.