France-Liban : Lettre ouverte au Président Emmanuel Macron (et à ceux qui l’applaudissent)

France-Liban : Lettre ouverte au Président Emmanuel Macron (et à ceux qui l’applaudissent)

France-Liban : Lettre ouverte au Président Emmanuel Macron (et à ceux qui l’applaudissent) 1190 669 La Rédaction

Par Roger Assaf, homme de théâtre, Citoyen libanais et français

Monsieur le Président,

Je salue votre engagement personnel dans les efforts pour trouver une solution au ‘’problème’’ libanais. Votre discours en témoigne. Je me permets de vous rappeler la parole d’un sage: ‘’la solution d’un problème commence par savoir se reconnaître comme une composante du problème’’.

Je partage avec la plus grande partie du peuple libanais votre condamnation de la classe dirigeante au Liban, votre réprobation de leur comportement criminel dans leur attachement crapuleux à leurs intérêts partisans (voire personnels) au détriment des besoins vitaux du peuple.

Votre discours ne nous apprend rien que nous ne sachions déjà, votre colère est même loin d’être égale à la nôtre, et votre sentiment de ‘’honte’’ est loin d’égaler notre exécration des malfaiteurs qui contrôlent l’État libanais, de leur cupidité insatiable et de la gabegie effrénée qu’ils pratiquent impunément.

Et pourtant, votre discours me révolte, parce qu’il occulte délibérément votre responsabilité foncière dans la catastrophe libanaise (quand je dis votre ou vous, il ne s’agit pas bien sûr de vous personnellement, mais de l’État français, aujourd’hui, naguère et jadis)…

Vous polarisez votre diagnostic de la crise actuelle sur le Hezbollah. Nous sommes au Liban témoins, victimes et dénonciateurs des exactions de ce parti. Il est, au même titre que tous les autres protagonistes de l’indigne oligarchie qui accapare l’État libanais, coupable de corruption, gabegie et dégradation des institutions.

La milice du Hezbollah et la mainmise de son acolyte ‘’Amal’’ sur le Parlement sont des obstacles (mais pas uniques) à une issue positive de la crise actuelle.

Or les raisons (légitimes) de l’existence du Hezbollah, les justifications (même si elles servent de prétextes) de leur politique, ont pour origine et pour raison d’être la présence de l’État d’Israël, l’injustice criante de son installation, la perpétuelle impunité de ses crimes, les innombrables agressions perpétrées contre le Liban depuis 1948, (1949, 1952, 1955, 1959, 1961, 1968, 1969, 1970, 1971, 1972, 1974, 1975, 1976, 1977, 1978 suivie de 22 ans d’occupation du Liban-Sud (en majorité chiite), 1979, 1980, 1981, 1982 guerre qui a détruit les infrastructures civiles du pays), 1983, 1984, 1985, etc. etc. etc. ,

Ces dates dûment détaillées se trouvent dans les archives publiées en juin 1986 par le Centre de Documentation Arabe. Pour la suite, il suffit de se référer aux documents d’Amnesty International, en particulier pour les violations du Droit International dans la Guerre de 2006.

Monsieur le Président, J’AI HONTE pour l’État Français et la Communauté internationale pour la désinvolture et/ou l’impuissance de leur attitude à l’égard de l’injustice flagrante, implantée, entretenue, développée, en continuelle expansion, que représente l’État israélien, colonialiste, raciste, super militarisé… et religieux (Monsieur le défenseur de la laïcité et des valeurs républicaines !).

On ne peut pas être à la fois ami du Liban et de Benyamin Netanyahu.

On ne peut pas être à la fois accusateur du Hezbollah et complice (ou témoin silencieux) de la colonisation sauvage de la Palestine occupée.

On ne peut pas à la fois exiger le désarmement du Hezbollah et autoriser l’arsenal nucléaire israélien.

On ne peut pas à la fois pleurer sur la détresse du peuple libanais et détourner les yeux de la tragédie humaine de Gaza… (Cette liste n’est pas exhaustive).

Vous voulez aider le peuple libanais ? Je vous crois sincère (tout en sachant très bien que vous défendez en même temps vos intérêts et que ce n’est pas pure philanthropie).

Qu’avez-vous fait pour libérer le Liban de l’occupation israélienne (1978 – 2000) ? Ni vous, ni l’État libanais n’ont aidé la résistance libanaise et réussi à mettre fin à cette odieuse violation du droit international ?

Qu’avez-vous fait en 2006 pour faire échec à la scandaleuse agression massive de l’aviation et de l’artillerie israéliennes, ni vous, ni l’État libanais, mais la formidable solidarité du peuple libanais autour des combattants du Hezbollah ?

Que ferez-vous dans l’avenir si, en supposant le Hezbollah désarmé, le Liban subissait une nouvelle agression ? probablement rien de concret, mais je sais au plus profond de moi que le peuple libanais inventera sa future résistance, à l’image de l’insurrection civile actuelle, citoyenne et non confessionnelle?.

Vous voulez aider le peuple libanais? Soignez le mal à la source. Supprimez la raison d’être du Hezbollah. Mais je sais que ce n’est qu’un vœu pieux. Nos dirigeants locaux sont corrompus, et les dirigeants du monde actuel le sont également. Cependant la formule occidentale est beaucoup plus perverse.

Les dirigeants libanais sont la mafia qui vampirise les libanais, les dirigeants du monde ne sont que les serviteurs de la mafia qui extorque les ressources de la planète, en vampirisant de préférence les peuples au-delà de leurs frontières.

La France comme les États-Unis d’Amérique et la Russie, comme la Turquie, l’Iran, les pays arabes pétroliers, feront toujours passer leurs intérêts économiques avant les besoins des peuples dont ils se disputent les ressources.

Continuez votre politique, persévérez dans vos politiques discriminatoires, mais épargnez-nous vos discours déontologiques.

Par Roger Assaf, homme de théâtre, Citoyen libanais et français

Note de la rédaction

Emmanuel Macron a servi aux Libanais sa recette habituelle: la poudre de perlimpinpin.

Il cite nommément le Hezbollah, mais omet de mentionner son protégé Saad Hariri ; le trio sunnite, Fouad Siniora, Najib Mikati et Tammam Salam dont il dilue la responsabilité dans le vocable collectif mais anonyme de « classe politique ». De même que le grand absent de son sermon dominical Riad Salameh, le si décrié gouverneur de la Banque du Liban.

Jupiter de France fustige les Libanais, mais ne souffle mot du jeu nauséabond des États-Unis, qui l’ont littéralement marqué à la culotte après chacun de ses déplacements à Beyrouth. Ni non plus du rôle obstructeur de l’Arabie Saoudite, le chérubin de l’humanité.

Il tance l’Ukraine, la Turquie, le Venezuela, mais s’offusque que le Hezbollah, la sentinelle de l’indépendance libanaise, ait une projection régionale, infiniment plus efficiente en tout état de cause que celle de la France avec ses déboires en Libye, en Syrie voire même au Yémen et en Tunisie.

Le balnéaire du Touquet a le souffle court. Il se parachute au Liban pour s’aligner finalement sur son cerbère américain. Qu’elle est loin la grandeur française.

Pour aller plus loin sur ce thème, ci-joint ce lien en guise de piqure de rappel

https://www.madaniya.info/2020/08/31/le-centenaire-de-la-proclamation-du-grand-liban-une-demarche-passeiste-nostalgique-dune-grandeur-passee/

Illustration : AFP

La Rédaction

Madaniya - Civique et citoyen. Madaniya s'honore de la responsabilité d'abriter au sein de sa rédaction des opposants démocratiques en exil, des rechercheurs, des écrivains, des philosophes en provenance d'Afrique, des pays du golfe, du Moyen-Orient, et d'Amérique latine, dont la contribution se fera, pour ceux qui le souhaitent, sous le sceau de l'anonymat, par le biais de pseudonyme.

Tous les articles de La Rédaction
4 commentaires
  • Merci à Roger Assaf et à toi, René, pour cette belle baffe dans la tête de notre président, champion du néocolonialisme et du paternalisme arrogant. Mais quel triste sire !

  • Bravo ! On ne pouvait pas mieux répondre à ce second discours que j’ai trouvé encore plus insupportable et indécent que le premier …

  • M. Macron se prend pour le general Gouraud qui occupa le Liban a la tete des troupes françaises en Juillet 1920.
    Un siècle après, M. Macron vient dicter aux Libanais ses ordres. Cette fois-ci, il vient pour prêter main-forte à Natanyahu et à Trump.
    Il est vrai qu’on s’est arrangé pour créer les conditions idéales au Liban : blocus bancaires, appauvrissement des Libanais, chômage, manque d’approvisionnement, etc et last but not least, cette énorme explosion au port de Beyrouth, probablement dû à un missile israélien.
    L’occasion est trop belle pour mettre le Liban à genoux.

    Dans la conference de presse tenue à l’Elysée ce dimanche 27 Septembre, M. Macron déclare en substance : « Le Hezbollah ne peut pas etre a la fois une armée qui fait la guerre à Israel, une milice qui sème la terreur en Syrie et un parti politique respectable au Liban ».
    On ne peut pas etre plus clair: il faut désarmer la résistance libanaise pour offrir le Liban à Israel sur un plateau d’argent !
    Le Liban Sud a été occupé par l’armée sioniste a de multiples reprises, Beyrouth a ete mis sous le blocus des troupes de Sharon pendant plus de 60 jours en 1982 puis occupé. Le genocide de Sabra et Chatila, puis le massacre de Qana et tant d’autres crimes qui ont éveillé l’esprit de résistance des Libanais et provoqué la création de Hezbollah, résistance unifiée aux agressions répétées d’Israel, tout cela M. Macron l’a « oublié ».
    Il demande aux Libanais de sortir le drapeau blanc, s’ils veulent disposer de l’aide internationale.
    M. Macron agit par délégation: Natanyahu veut démanteler le Hezbollah. Il n’a pas réussi par la guerre, ni en 2000, ni en 2006. A chaque fois, l’armée sioniste s’était retirée avec les dégats qu’elle ne connaissait pas dans les guerres precedentes.
    Puis, en 2014, la guerre civile en Syrie était une aubaine pour Israel qui a armé et entrainé Daesh pour le lancer à l’assaut de Hezbollah.
    Le scenario du chaos est particulièrement prisé par Natanyahu et ses acolytes. Ils peuvent se definir comme un « havre de paix et de prospérité » dans un Moyen Orient déchiré par la misère et les guerres. « Une villa dans la jungle ».
    M. Macron a salué les « traités de paix (!) » entre Israel et les EAU et Bahrein, enterinant officiellement la doctrine de Natanyahu avec les arabes de « la paix contre la paix ».
    M. Macron a ete frappé d’amnésie concernant les resolutions de l’ONU, de la Ligue arabe, des accords d’Oslo et des instances internationales, qui demandent a Israel de se retirer des territoires occupés en 67 contre la paix.
    Il vient au Liban mandaté pour liquider la resistance libanaise et faire entrer le Liban dans l’accord avec l’etat sioniste.Macron, un siècle vous sépare de Gouraud. Comme il est désolant de constater que vous n’avez rien appris !Le general Gouraud avait demandé à se rendre au tombeau de Salah Eddine, enterré en Syrie. Sur sa tombe, il s’ecria: « Saladin ! Nous sommes de retour ! »

      https://www.facebook.com/702037753/posts/10159108612222754/?extid=60JFFhFTjGEEYVHl&d=n

    Anis Balafrej (27/9/2020)

  • En réponse de votre lettre ouverte, Monsieur Roger Assaf vous avez gaspillé votre énergie et vos pensées pour rien… vraiment si vous êtes un bon citoyen libanais vous défendrez pas un parti politique qui est entretenu jusqu’à maintenant par l’Iran,. Vous n’avez jamais prononcé le mot Armée Libanaise dans votre Immense lettre ouverte . Or, elle est où votre citoyenneté ?? C’est lamentable de votre part !!!

Options

Lorsque vous visitez notre site Web, celui-ci peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il est à noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience de navigation sur notre site Web et sur les services que nous pouvons offrir.

Click to enable/disable Google Analytics tracking code.
Notre site Web utilise des cookies pour réaliser des statistiques d'audience anonymisées. Définissez vos préférences de confidentialité et / ou acceptez notre utilisation des cookies.