Focus sur la Péninsule arabique : Le trône d’Adoulis

par Sylvain Chardon (Revue anticapitaliste N° 270 page 11).

Le Trône d’Adoulis. Les guerres de la mer Rouge à la veille de l’islam, un ouvrage de Glen W. Bowersock – Albin Michel.

Après la destruction du temple de Jérusalem par les Romains, nombreux furent les juifs à se rendre en Himyar (Yémen et une partie de l’Arabie Saoudite d’aujourd’hui), territoire de la légendaire reine de Saba. Le Trône d’Adoulis du britannique Glen W. Bowersock révèle bien des aspects de cette histoire que tous les habitants d’Israël devraient connaître pour cesser leur politique raciste envers les Arabes palestiniens.

À la veille de la naissance du prophète de l’islam Muhammad, l’Arabie du Sud fut plongée dans un violent conflit entre les chrétiens d’Éthiopie et le royaume arabe d’Himyar converti au judaïsme (les Himyarites yéménites avaient radicalement abandonné le polythéisme pour honorer Yahweh).

Si elle est peu connue aujourd’hui, cette guerre impliqua à la fois l’Empire byzantin, qui au nom de la chrétienté porta secours aux Éthiopiens et l’Empire perse sassanide (l’ennemi juré iranien d’aujourd’hui selon Netanyahou. qui soutenait les juifs dans ce qui devint une guerre par procuration contre son ennemi de toujours, Byzance.

Cette histoire fut principalement consignée sur un trône de marbre situé dans la ville portuaire d’Adoulis en Éthiopie. À l’aide des récits de voyage de Cosmas, un marchand chrétien, et d’autres sources historiques et archéologiques, Bowersock a magistralement reconstruit ce chapitre fondamental de l’Arabie préislamique.

Une enquête « géopolitique »

Le point de départ de la guerre fut en 523 la destruction de l’église éthiopienne de Zafar, la persécution puis le massacre de milliers de chrétiens vivant à Najran par le monarque juif du Yémen, Yusuf. Ce dernier craignait si peu les représailles des puissances chrétiennes qu’il envoya une lettre racontant, avec complaisance et force détails, le récit des massacres et tortures aux participants d’une conférence internationale réunie en 524 à Ramla (dans le sud de l’Irak actuel) où se trouvaient les envoyés de l’empereur byzantin Justin.

Kaleb, le négus chrétien d’Éthiopie, poussé par l’empereur byzantin Justin, mena alors une puissante armée à travers la mer Rouge afin d’écraser Yusuf et son État juif. Victorieux, Kaleb laissa derrière lui des dirigeants faibles en Éthiopie, comme en Himyar, et les empires byzantin et perse en profitèrent pour étendre leur activité sur le territoire arabe, cela en dépit de la résistance juive.

Au milieu de ce conflit religieux et politique naquit l’islam qui allait susciter une issue totalement inattendue à la lutte pour le pouvoir en Arabie. Les principaux dirigeants juifs yéménites se convertirent et devinrent les meilleurs commandants militaires de Muhammad.

Le Trône d’Adoulis nous transporte dans le monde composite et peu connu de la mer Rouge de la fin de l’Antiquité (5e-6e siècles).

Il fait voyager le lecteur dans une époque certes éloignée mais cruciale : celle de la chute de l’Empire perse et de l’émergence de l’islam. L’érudition de l’auteur nous fait découvrir toute la complexité de cette période, véritable charnière dans l’histoire de l’humanité. Une enquête « géo-politique » passionnante.

Sylvain Chardon

À propos :

Glen W. Bowersock est professeur émérite d’histoire ancienne à l’Institute for Advanced Study de Princeton. Correspondant étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, il est un des historiens les plus réputés de l’Antiquité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© madaniya.info - Tous droits réservés.